Call for Papers: 41st Annual Conference of the Association for Canadian Studies in German Speaking Countries

Click to download the CFP in French and in English

“Political Orders”

February 14 to 16, 2020 in Grainau, Germany

The Association for Canadian Studies in German-speaking Countries aims to increase and
disseminate a scholarly understanding of Canada. Its work is facilitated primarily through seven
disciplinary sections, but it is decidedly multidisciplinary in outlook and seeks to explore avenues and topics of, and through transdisciplinary exchange. For its 2020 annual conference, the Association thus invites papers from any discipline that speak to the conference theme of
Political Orders” with a Canadian or comparative focus. (Papers may be presented in English, French or German.)

The 41st annual conference will focus on the causes, nature, and consequences of key
transformative periods and central patterns in Canadian political development(s). By concentrating on the concept of ‘political orders,’ the idea is to synthesize different research traditions (culture, institutions, ideas, and agency) and disciplines into a coherent understanding of political development(s) in Canada. Political orders will be understood as a coalition of governing state institutions, non-state economic, social, and cultural actors that are bound together by broadly similar or competing ideas of goals, rules, roles and boundaries. If we try to track the rise and fall of distinct political orders and their contestations, we have to look at specific and competing mutually supportive bundles of ideas, actors, and institutions that build the core of a political order. The concept of political order must invariably be plural: understood not as one political order but an intercurrence of multiple orders across time and space.

Papers may address a whole range of topics, in the following specific areas and dimensions:

1. Citizenship and Belonging: In this first area, mechanisms of inclusion and exclusion may be
addressed. The meaning of what citizenship entails is multilayered and has changed over
time in Canada. How is citizenship connected to cultural identity? What kind of status and
rights are granted with citizenship? What competing concepts of citizenship have been
debated? How is citizenship related to the idea of human rights? Papers may also focus on
immigration and integration. Questions that address ideas and policies of how to integrate
newcomers, immigrants, and Indigenous people into the Canadian society are of interest
here. Those concepts have constantly changed over time from assimilation to integration,
accommodation and recognition to multi- (Canada) and interculturalism (Québec).

2. Ideas and Concepts of Political Orders: Political orders and developments are embedded in
sets of central ideas and concepts of how societies are structured and organized. The initial
idea of Anglo-dominance in Canada has been strongly challenged by internal nations and
nationalisms – First Nations and Quebecers – and by the contestations among and between
Catholics and Protestants, English and French, white and Aboriginal, and Black and Asian
Canadians, among others. This complex interplay of different interests and identities has

constantly challenged the idea of the Canadian nation and its meaning. Specific groups and
their claims for recognition may be analyzed here as well in terms of how these groups
address state policies that fostered specific ideas of what it means to be Canadian. This
moves us away from discussions of specific state policies on recognition toward a broad
conception in which other types of state practices and policies beyond multiculturalism or
cultural policy are viewed as part and parcel of the political processes that produce,
reinforce, or mitigate unequal social, economic, and political relationships, thereby
connecting cultural recognition to specific historical, material, and institutional contexts.

3. Developments and Institutional Change: Political orders are shaped, maintained, and
changed over time by political, societal, and economic actors and at the same time stabilized
by specific institutional arrangements and interest-based actor-coalitions. Forces of change
and stability include dominant and constantly changing cleavage-structures in Canada. These
relate to forms of Regionalism, Federalism, and specific nation- and state-building processes.
Conflicts in societies are grouped around specific cleavages (gender; capital and labour;
French and Anglo; church and state; urban and rural; and center and periphery; settler and
Aboriginal people; First Nations and immigrants) that on the one side build up stable
patterns of interest representation, but on the other side change massively over time. In
some cases, those cleavages build the foundation of the party system and they might be
reflected in and structured by specific forms of regional or federal interest accommodation,
as well as specific patterns of state and nation-building processes.

Contact and abstract submission:
Paper proposals/abstracts of max. 500 words should outline:
methodology and theoretical approaches chosen
content/body of research
which of the three main aspects outlined above the paper speaks to (if any).
In addition, some short biographical information (max. 250 words) should be provided, specifying current institutional affiliation and position as well as research background with regard to the conference topic and/or three main aspects.

Abstracts by established scholars should be submitted no later than May 31, 2019 to the GKS at:
gks@kanada-studien.de.

Abstracts by emerging scholars should be submitted no later than May 31, 2019 directly to the
Emerging Scholars Forum: nachwuchsforum@gmail.com.


 

41ème congrès annuel de l’Association d’Études Canadiennes dans les Pays de Langue Allemande (GKS)

Appel à communications :

« Ordres politiques »


Du 14 au 16 février 2020 à Grainau, Allemagne 
L’Association d’Études Canadiennes dans les Pays de Langue Allemande a pour objectif de répandre une meilleure compréhension universitaire du Canada. Son travail est principalement facilité par sept sections disciplinaires, mais il est résolument de perspective multidisciplinaire et cherche à explorer les voies et les thèmes des échanges transdisciplinaires. Pour son congrès annuel de 2020, l’Association souhaite recevoir des communications de toutes disciplines qui aborderont le thème de la conférence « Ordres politiques » d’une perspective canadienne ou comparative. (Les présentations peuvent être rédigées soit en anglais, en français ou en allemand.)

Le 41ème congrès annuel portera sur les causes, la nature et les conséquences des périodes clés
de transformation et sur les tendances principales de(s) développement(s) politique(s) au
Canada. L’idée, en se concentrant sur le concept « d’ordres politiques », est de synthétiser
différentes traditions et disciplines de recherche (culture, institutions, idées et représentation)
en un raisonnement cohérent sur le(s) développement(s) politique(s) au Canada. Les « ordres
politiques » seront perçus comme une coalition d’institutions gouvernementales, d’acteurs
économiques, sociaux et culturels non étatiques, liés par des idées d’objectifs, de règles, de rôles
et de frontières globalement similaires ou opposées. Si l’on tente de suivre la montée et la chute
d’ordres politiques distincts et de leurs contestations, il faut considérer des groupes spécifiques
et concurrents d’idées, d’acteurs et d’institutions qui se renforcent mutuellement et fondent le
cœur d’un ordre politique. Le concept d’ordres politiques doit toujours être pluriel : il ne doit pas être compris comme un ordre politique unique, mais comme une succession d’ordres multiples dans le temps et l’espace.

Les soumissions peuvent aborder toute une gamme de sujets dans les domaines et dimensions
spécifiques suivants :

1. La citoyenneté et concepts d’appartenance : ce premier domaine permet de s’exprimer
sur les mécanismes d’inclusion et d’exclusion. La signification de la citoyenneté comporte
plusieurs niveaux et a changé au fil du temps au Canada. Comment la citoyenneté estelle liée à l’identité culturelle ? Quels types de statuts et de droits sont accordés avec la
citoyenneté ? Quels concepts concurrents de la citoyenneté ont été objets de débats ?
Qu’est-ce qui relie la citoyenneté et la notion des droits de l’homme ? Les
communications peuvent également porter sur l’immigration et l’intégration et sur des
questions traitant d’idées et de politiques sur la manière d’intégrer les nouveaux
arrivants et les immigrants à la société canadienne. Ces concepts ont évolué
constamment avec le temps, passant de l’assimilation à l’intégration, de
l’accommodation et de la reconnaissance au multiculturalisme (Canada) et à
l’interculturalisme (Québec).

2. Les idées et concepts d’ordres politiques : Les ordres et développements politiques sont
intégrés dans des ensembles d’idées et de concepts centraux sur la manière dont la
société est structurée et organisée. L’idée initiale de la domination anglo-canadienne au

Canada a été fortement contestée par les nations et les nationalismes internes –
Premières Nations et Québécois – et par les contestations parmi et entre les catholiques
et les protestants, les Canadiens anglais et français, les blancs et les autochtones, les
Canadiens d’origine africaine et asiatique, entre autres. Ces interactions complexes entre
identités et intérêts différents remettent constamment en question l’idée et la
signification de la nation canadienne. Il est aussi possible d’analyser ici comment certains
groupes revendiquant leur reconnaissance traitent les politiques nationales qui ont
favorisé des idées spécifiques sur le sens d’être canadien. Cela nous éloigne des
discussions sur les politiques étatiques de reconnaissance et nous mène vers une vaste
conception où d’autres types de pratiques et de politiques étatiques, au-delà du
multiculturalisme ou des politiques culturelles, sont considérés comme partie intégrante
des processus politiques qui produisent, renforcent ou atténuent les inégalités sociales,
politiques et économiques. La reconnaissance est ainsi liée à des contextes historiques,
matériels et institutionnels spécifiques.

3. Développement(s) politique(s) et changements institutionnels : Au fil du temps, les
ordres politiques sont façonnés, maintenus et modifiés par des acteurs politiques,
sociétaux et économiques, tout en étant stabilisés par des arrangements institutionnels
spécifiques ainsi que par des coalitions d’acteurs basées sur les intérêts. Au Canada, les
forces de changement et de stabilité comprennent des structures de clivage dominantes
et en changement constant. Celles-ci concernent des formes de régionalisme, de
fédéralisme et des processus spécifiques de construction de nations et d’États. Les
conflits dans les sociétés se regroupent autour de clivages spécifiques (le capital et le
travail ; les francophones et les anglophones ; l’église et l’État ; les zones urbaines et
rurales ; le centre et la périphérie ; les peuples colonisateurs et les autochtones ; les
Premières nations et les immigrants) qui créent, d’un côté, des modèles stables pour la
représentation des intérêts, mais qui, de l’autre côté, changent massivement avec le
temps. Dans certains cas, ces clivages constituent la base du système des partis
politiques. Ils peuvent être reflétés et structurés par certaines formes d’accommodation
des intérêts régionaux ou fédéraux, ainsi que par des processus de construction de l’État
et de la nation.

Contact et soumission des résumés :

Les propositions de communication / résumés, d’un maximum de 500 mots, doivent exprimer :
• la méthodologie et les approches théoriques choisies
• un contenu / corpus de recherche
• le(s)quel(s) des trois principaux aspects décrits ci-dessus le document aborde-t-il (le cas
échéant).

On demande également de fournir de brèves information biographiques (max. 250 mots), en
précisant votre affiliation institutionnelle et la position que vous occupez actuellement, les
recherches effectuées sur le thème du congrès et/ou des trois aspects principaux.

Les spécialistes établis doivent remettre leur résumé au plus tard le 31 mai 2019 à la GKS :
gks@kanada-studien.de.

Les chercheurs émergents doivent soumettre leur résumé au plus tard le 31 mai 2019
directement au Forum de la relève académique: nachwuchsforum@gmail.com.